Comment devenir un bon coach en communication ?

coach en communication

Le coaching en communication n’a rien de similaire avec le consulting et l’analyse. Il s’agit plutôt d’un accompagnement personnel dont l’objectif est de détecter le type de communication qui convient le mieux au client. Un processus est par la suite mis en place pour améliorer les compétences de communication du coaché. Pour pouvoir fournir des résultats à ses clients, un coach en communication doit réunir plusieurs compétences et aptitudes. Par quel moyen ?

Suivre un cursus de formation auprès d’un établissement spécifique

Afin d’être un bon coach en communication ou dans d’autres domaines, il est nécessaire de réunir diverses compétences. Bien évidement on ne devient pas coach du jour au lendemain, la formation est une étape incontournable. Selon Alain Cardon de la société « Métasystème forme des coachs », les modules s’axent surtout sur « la pratique du coaching, les techniques à appliquer ainsi que les comportements à adopter ». Après avoir suivi des cours théoriques, les participants ont généralement quelques jours pour mettre en pratique les acquis. En plus de ces modules initiaux, il existe également des établissements proposant des cursus complémentaires permettant aux futurs coachs de se perfectionner. La formation permet également d’avoir une certaine crédibilité auprès des clients. Pour adhérer à des associations comme l’ICF, il est important d’avoir cumulé plusieurs heures de formation.

Les qualités d’un coach en communication

Il convient de préciser qu’un bon coach n’a pas toujours une expérience technique très pointue dans le domaine du coaché. Si c’était le cas, il ne pourra pas se détacher entièrement de son coaché, alors que c’est une des qualités primordiales d’un coach. Outre cette qualité, il devra avoir des capacités d’écoute et de perception. Un coach en communication compétent devra toujours avoir une attitude encourageante et positive envers son client et avoir de l’empathie. Ces qualités là ne s’acquièrent pas dans la formation en communication mais plutôt dans l’expérience. En d’autres termes, il devra avoir la fibre relationnelle et l’intérêt pour son coaché. Ce goût pour la relation humaine différencie d’ailleurs les bons candidats des coachs moins performants.

Le perfectionnement constant

Le professionnel en communication ne doit pas se reposer sur ses lauriers, mais continuer à développer ses compétences. De quelle façon ? Il faut qu’il se perfectionne et qu’il se fasse superviser. En effet, accepter le fait qu’il y a une personne qui a un plus haut niveau d’hiérarchie permet de cultiver une certaine humilité et limite les risques de se comporter comme un grand gourou. Il doit comprendre que son rôle est semblable à celui d’un praticien qui s’améliore au fil du temps. Il n’est pas un personnage auquel on ne peut porter aucun jugement.

——————————————–
Pour en savoir plus cliquez ici